Il faut un navigateur internet plus récent.
Vous pouvez faire les mises à jour de votre navigateur ou en télécharger un parmi les suivants :
Google Chrome / FireFox

chargement

fermeture sous menu

Pôle Culture de Liens

img-pole-2
L’association « Culture et Cultures » a pour but de favoriser les échanges culturels ethniques et artistiques de tous types de publics. Elle est née de la rencontre de plusieurs personnes qui ont eu, au cours de leur parcours professionnel dans le social, un questionnement autour de l’identité culturelle.

La crise des banlieues de novembre 2005 a réactivé ces questionnements. Des jeunes (pour beaucoup issus de l’immigration des pays du Maghreb, pour la deuxième, voire troisième génération), questionnent encore leur place dans la société française. On peut concevoir que ces passages à l’acte témoignent, entre autre, de sentiments d’appartenance confus et que le repli communautaire ne favorise pas l’implication sociale, économique et citoyenne.

Comment permettre une prise de conscience
 favorisant l’intégration ?

Il existe de nombreuses prises en charge sociales et éducatives pour accompagner ces jeunes. Des séjours appelés « de ruptures » dans le pays d’origine ont déjà été réalisés.

Nous partons de l’affirmation suivante : il ne suffit pas d’effectuer un retour dans le pays pour permettre à un jeune, en perte de repères, d’appréhender différemment sa place dans la société française.

Nous pensons même qu’il faut veiller à opérer un changement en douceur afin de ne pas provoquer un besoin trop fort de retrouver ses anciens fonctionnements, une fois de retour en France.

Cette perte de repères est à la fois :
  • la conséquence de ruptures liées à l’immigration des parents, de références culturelles et religieuses différentes, de difficultés d’insertion économique…
  • la cause d’une rupture ou d’une non inscription dans la société française : difficultés d’intégration scolaire, sociale et plus tard économique.


C’est pourquoi il s’agit de faire un véritable travail de
compréhension de deux systèmes de société
afin d’atténuer l’écart qui existe entre
leurs représentations et la réalité.

Nous voulons permettre aux jeunes de recréer du lien afin qu’ils retrouvent du sens à leur histoire.
Pour cela, nous susciterons la mobilisation de leurs représentations pour favoriser un réajustement, par la compréhension du fonctionnement de deux pays dont ils possèdent des signes culturels.

Néanmoins ce travail en profondeur a besoin de modalités de réalisation. On ne peut pas emmener un groupe d’adolescents avec, pour projet, la comparaison de deux systèmes de sociétés. Leurs centres d’intérêts sont plus concrets et l’élaboration d’un projet d’intégration sociale et/ou professionnelle, plus au cœur de leurs préoccupations. C’est par cette modalité que nous voulons les mobiliser.

L’idée du support d’aide humanitaire n’a pas été retenue car il nous a semblé qu’il y avait un risque à placer, non seulement, le jeune, mais aussi son pays d’origine, dans une relation d’assistanat. Ce qui induit un rapport dominant/dominé.

Il apparaît judicieux de permettre à ces jeunes
d’aller chercher dans leur pays d’origine des savoirs
et des richesses culturelles exploitables dans un
projet d’intégration sociale ou pré-professionnelle
à réinvestir ensuite en France.

Nous avons donc opté pour un travail proche des chantiers d’insertion.

A partir de ces deux objectifs principaux (« compréhension de deux systèmes de société » et « projet d’intégration sociale ou pré-professionnelle »), nous mettrons en œuvre des séjours de 3 mois au Maroc que nous appellerons :
SÉJOURS DE LIEN

La présentation des modalités d’organisation du séjour, se déclinera de la façon suivante :
  • travail d’intégration sociale ou pré-professionnelle
  • compréhension de deux systèmes de société
  • travail avec la structure d’origine de chaque jeune, à réaliser avant, pendant et après le séjour
Un organigramme présentant ces différentes modalités résumera l’ensemble de cette organisation.